Le jour où Nina Simone a cessé de chanter – Darina AL-JOUNDI

 

Darina al-Joundi, née en 1968 d’une mère libanaise chiite et d’un père journaliste et écrivain syrien, raconte sous la plume de Mohamed Kacimi, son enfance et sa vie dans un pays marqué par dix-sept ans de guerre civile. Imprégnée de la personnalité de son père farouchement laïc, Darina, avide elle aussi de liberté, refuse toutes convenances religieuses et défie toutes règles sociales. Au coeur d’une société en prise avec la violence quotidienne, on assiste au récit tragique et survolté de ses guerres, de ses peurs, de ses rêves, de sa folie et de ses désillusions.
« Née en 1968 à Beyrouth (Liban), Darina al-Joundi est comédienne depuis l’âge de huit ans. Parallèlement, elle écrit et réalise des courts métrages. Mohamed Kacimi, né en 1955 à El-Hamel (Algérie), vit à Paris. Il a publié des romans, des essais et des pièces de théâtre, dont 1962 chez Actes Sud-Papiers en 1989, la Confession d’Abraham chez Gallimard en 2001 et Terre sainte, à L’Avant-Scène en 2007. »
Le jour où Nina Simone a cessé de chanter – Darina AL JOUNDI, Mohamed KACIMI, Actes Sud, 2010.
Lire un extrait
Extrait de la pièce:

Publicités
Cet article, publié dans LECTURES, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s